bibliothèque municipale de LyonBase Affiches
Cote : AffP0265
Artiste :
Titre : Souvenir de l'Alliance hybride des Peaux-Rouges et des Faux Chrétiens
Commanditaire :
Date : 1889
Technique : lithographie
Dimension : 76 x 56 cm
Inscription(s) : rehaussée de couleurs
Descripteurs : propagande ; portrait charge ; homme ; debout ; nudité ; race rouge ; plume ; ruban ; prêtre ; monnaie
Texte de l'affiche : pour l'élection Boulangiste du 6 octobre 1889 ; pour Boulanger Meline Kergall ; Peau-rouge et son ami frère Valentin ; frère Valentin depuis 20 ans nous avons toujours été repoussés par le suffrage universel qui nous a en horreur ; le peau-rouge nous aussi hélas ! malgré notre affectation à nous dire républicains-socialistes nous n'avons pas été plus heureux tandis que les vieux républicains les fondateurs de la République qui l'ont défendu au 24 et au 16 Mai ont vu constamment la faveur publique les acclamer ; frère Valentin unissons-nous et pour toujours nous avons le nerf de la guerre qui vous récompensera de vos travaux vous ameuterez les électeurs contre les républicains pendant ce temps on ne fera pas attention à nous et vous nous favoriserez de votre acquiescement tacite ; le peau-rouge nos calomnies répétées ont cependant ébranlé l'opinion publique nous avons semé la haine entre les travailleurs des villes et des campagnes par la marque municipale que nous avons présenté tant que nous ne l'avions pas comme un remède universel nous avons tendu la main à M. Méline, au comte de Kergall l'ancien zouave du pape au marquis de Dampierre à Paul de Cassagnac et nous avons concouru avec eux nous les chevaliers du pain cher à augmenter d'un milliard les impôts sur le pain le vin et les viandes si notre élu a voté contre l'église du Sacré-Coeur ç'a été par erreur car depuis il a toujours voté en votre faveur il a notamment voté contre le ministre des cultes qui avait déclaré qu'il fermerait les églises qui seraient transformées en club enfin maintenant comme nouvelle ficelle nous prêchons la suppression des cercles des sociétés coopératives et autres associations ouvrières nous réclamons en attendant un impôt annuel et personnel de 50 francs pour chaque sociétaire et alors nous verrons bientôt le peuple découragé les associations ouvrières disparaître nous serons alors bien près d'être les maîtres de ce peuple qui aujourd'hui nous méprise si profondément ; frère Valentin avec juste raison il est vrai frère nous sommes faits pour nous entendre le diable nous a créé l'un pour l'autre allons ensemble à l'assaut unis par notre haine commune et nous ferons enfin de la République et des républicains une pâtée dont les chiens eux-même ne voudront pas